Diem, pour faire oublier les ratées de Libra.

Libra, le projet de cryptomonnaie initié par Facebook renommée Diem, veut se remettre sur les rails.

Lire aussi : Libra change de nom et devient Diem !

Le projet de la cryptomonnaie Libra lancé le 18 juin 2019, a connu de nombreuses controverses. Et en particulier, une résistance farouche de la part des banques centrales et des politiciens.

Diem, le nouveau nom de Libra

La cryptomonnaie Libra a décidé alors de changer son nom en Diem, en décembre 2020. Le but, démontrer que ce projet a une indépendance d’organisation, différent de l’original.

Au départ, Facebook a présenté la Libra comme une cryptomonnaie traditionnelle pouvant s’échanger en ligne ou hors ligne comme une devise.

Facebook visait à rendre le transfert numérique d’argent plus rapide et efficace, d’autant plus que les entreprises seraient en mesure d’offrir des services financiers autour de lui.

Tout d’abord, Facebook avait annoncé des plans pour un portefeuille numérique, appelé Calibra. L’application du portefeuille a depuis été renommée Novi.

Bien que le champ d’application restreint puisse apaiser les régulateurs méfiants, les critiques se plaignent toujours que l’éventuel passage aux cryptomonnaie pourrait frapper les utilisateurs. En convertissant des devises avec des coûts supplémentaires, cela pourrait affaiblir son ambition de permettre une plus grande inclusion financière.

L’organisation indépendante qui gère le projet, l’Association Libra, sera désormais connue sous le nom de Diem Association, et Bloomberg rapporte que sa monnaie s’appellera le Diem Dollar.

Qu’est-ce qui garantit la confidentialité de mes données?

Selon le site Web de Diem, l’une de leurs principales priorités est la sécurité de l’information. Diem Association disposera d’un système garantissant le respect des lois et règlements pertinents. Grâce à des mesures de protection intégrées, les particuliers et les entreprises pourront faire confiance à la sécurité et à l’intégrité du système de paiement de Diem.

En outre, les réglementations en matière de confidentialité des données, différent dans chaque pays. Par conséquent, le système que Diem utilisera pour garantir la sécurité des informations, sera confronté à un grand défi face aux réglementations de conformité de chaque pays.

Diem, pour effacer les antécédents de Libra ?

L’impact qu’une cryptomonnaie, contrôlée par un réseau de médias sociaux avec des antécédents de pratiques douteuses (voir scandale Cambridge Analytica), pourrait néanmoins porter préjudice aux utilisateurs.

D’autant plus, en matière de confidentialité, cela pourrait concerner plusieurs pays. Le Committee on Financial Services, a appelé Facebook pour retarder le lancement de Diem jusqu’à ce que des évaluations des risques puissent être effectuées. Entre autres, que tous les problèmes de sécurité puissent être résolus.

De même, les régulateurs de pays comme la Suisse et Singapour ont également demandé au réseau social d’être plus clair sur sa politique de confidentialité.

Le dilemme, Diem ou Libra jusqu’à quand ?

Enfin, l’intention initiale de Mark Zuckerberg avait sûrement quelque chose de louable. Il a fait savoir au Congrès américain que l’objectif de Diem était de créer une solution au fait qu’un milliard de personnes dans le monde n’ont pas accès à un compte bancaire.

Il faut tenir compte du fait que cette cryptomonnaie doit être soumise à des réglementations en matière de confidentialité des données, à des lignes directrices.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici